Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

On dit souvent «tu es ce que tu manges», mais la vérité est «tu es ce que tu absorbe». Autrement dit, on peut très bien avoir le régime le plus sain au monde avec des aliments soigneusement préparés et riches en nutriments mais si tu n’arrives pas à bien les digérer et les absorber cela ne sert pas à grand-chose. Voici la bonne nouvelle : avec quelques petits astuces très simples, la plupart de gens peut améliorer leur santé intestinale de façon assez drastique.

Alors comment savoir si ton intestin est dans un bon état ?

Les symptômes suivants sont une indication d’un intestin qui ne marche pas à l’optimal :

1. gaz ou ballonnements après un repas
2. brûlures d’estomac ou reflux acide
3. nourriture non digérée dans votre selles
4. selle qui n’est pas bien formé
5. selle qui sont très dur ou difficile à passer
6. mauvaise haleine
7. forte odeur corporelle
8. se sentir mieux quand on ne mange pas

La cause de chacun de ces facteurs varie un peu, cependant, chaque symptôme ci-dessus est un signe révélateur d’un dysfonctionnement digestif, alias un intestin malsain.

La cause la plus courante de la plupart de ces problèmes est une faible acidité gastrique, également connue sous le nom d’hypochlorhydrie. L’acide gastrique est un suc digestif d’une importance vitale qui est facilement affecté par des mauvaises habitudes telles que la consommation de médicaments antiacides, l’excès de sucre, les aliments hautement transformés, la suralimentation chronique, le grignotage chronique entre les repas, la consommation excessive d’alcool ou les carences en nutriments, pour ne citer quelques-uns.

Revenons à la bonne nouvelle ! Il y a beaucoup de choses que tu peux faire en termes de changements de mode de vie pour aider à soutenir ton système digestif.

1. Repose toi pour bien digérer. L’étape la plus importante pour améliorer la digestion est de t’assurer que tu es dans un état détendu avant de manger. Éloigne-toi du téléphone, de la télévision et de tout autre appareil électronique ou distraction. Assoie toi, respire profondément et savoure votre nourriture. En entrant dans ce mode «repos et digestion» de ton corps (appelé votre état parasympathique), permets à ton cerveau d’activer les glandes salivaires et de produire de la salive, qui commence le processus de digestion!

2. Mâche bien la nourriture. Essaye de mâcher 20 à 30 fois par bouchée ou jusqu’à ce que vos aliments soient à l’état liquide. Beaucoup de gens trouvent utile de mettre leur fourchette entre les bouchées pour éviter de manger trop vite. Quand tu manges, prends le temps de savourer le goût, l’odeur, la texture et les couleurs de tes aliments. N’oublie pas que votre bouche est la passerelle physique vers le système digestif. La décomposition mécanique et chimique des aliments a lieu ici, donc lorsque nous sautons cette étape, cela affecte énormément le reste du processus digestif. Mâcher de manière inefficace ou trop rapide permet à de grosses particules de nourriture de pénétrer dans l’estomac et les intestins, ce qui peut entraîner des troubles digestifs. Bien mâcher tes aliments à fond tes permet d’absorber plus de nutriments de tes aliments, t’aide à maintenir un bon poids, facilite la digestion et entraîne moins de problèmes digestifs comme les gaz et les ballonnements.

3. Augmente l’acide gastrique. L’acide chlorhydrique favorise la digestion et l’absorption de nombreux nutriments vitaux. Malheureusement, avec la prévalence du régime européen standard et le stress, cette composante digestive critique est souvent affectée négativement. L’incorporation d’amers digestifs, de vinaigre de cidre cru ou même de citron dans de l’eau chaude avant un repas aidera à préparer le tube digestif pour la digestion et encouragera la production de sucs digestifs et d’enzymes. De plus, suivre les deux étapes précédentes ouvrira la voie à la production d’acide gastrique.

 

References :

 

“Upper Gastrointestinal System.” SIGNS AND SYMPTOMS ANALYSIS FROM A FUNCTIONAL PERSPECTIVE- 2ND EDITION, by DICKEN WEATHERBY, WEATHERBY & ASSOCIATES, L, 2004, p. 139.

 

 

 

 

 

Pin It on Pinterest