Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

L’acné ou acne vulgaris qui est le terme médical, affecte aujourd’hui jusqu’à 85% des adolescents dans des formes plus ou moins sévères. Malgré cela, les dermatologues ont rarement d’autres remèdes à donner que des antibiotiques ou des pillules contraceptives pour les filles. Ces médicaments ne traitent pas la cause mais seulement les symptômes et risquent en plus d’affaiblir un corps en plein croissance.

La plupart des gens pensent que l’acné est un passage obligatoire pendant la puberté, induit par les changements hormonaux qui l’accompagnent. La vérité est que nos ancêtres, ainsi que les peuples indigènes, ne souffraient pas autant de l’acné que nous.

Dans leur livre « Acne vulgaris – une maladie de la civilisation occidentale », L. Cordain et S. Lindeberg s’appuient sur des études épidémiologiques effectuées sur les populations non occidentales, telles que les Kitavan en Papouasie – Nouvelle Guinée et les chasseurs-cueilleurs Aché de Paraguay, pour démontrer que l’acné n’est pas seulement génétique mais également très influencé par des facteurs environnementaux avec des incidences de l’acné nettement inférieures dans ces populations.

Alors pourquoi ?

  • L’élément principal qui explique l’explosion de l’acné chez l’adolescent et les adultes est notre alimentation transformée, pauvre en nutriments, pleins d’additifs, de sucre raffiné, de sel de table et de matières grasses hydrogénées. Cette alimentation crée de l’inflammation chronique, ajoute des toxines à notre organisme, donne des carences en vitamines et minéraux, pertube nos hormones et nous donne souvent des hypoglycémies.
  • Le sucre : depuis 50 ans, la consommation de sucre par personne a augmenté de plus de 50%….notamment chez les enfants et les adolescents : boissons sucrées, sodas, jus de fruits, gâteaux, yaourts sucrés, bonbons, etc, etc… Des taux de sucre élevés qui obligent notre corps à secréter de plus en plus d’insuline afin de le faire rentrer dans les cellules. Souvenez vous ensuite que des taux élevés d’insuline peuvent donner une myriade de problèmes dont entre autre une hyperstimulation de la production ovarienne d’androgènes (un dérivé de testostérone) et de la production de sébum – deux facteurs clés dans le développement de l’acné. Une surconsommation de sucre, et plus particulièrement de fructose (attention à ne pas confondre avec le fructose qu’on trouve naturellement dans les fruits et légumes) peut donner une stéatose hépatique (appelé NASH) car le fructose est métabolisé par notre foie et ce qui n’est pas consommé en énergie est stocké dans notre foie. Enfin, une surconsommation de sucres et de glucides raffinés favorise la prolifération de candida albicans et d’autres « mauvaises » bactéries qui logent dans notre intestin.
  • Toxines : le côlon, le foie, le sang, le système lymphatique, les reins ET la peau sont des voies d’élimination des toxines. Lorsque ces voies sont surchargées en raison de mauvais choix alimentaires cela se verra tout de suite sur votre peau : la peau reflète ce qui se passe à l’intérieur de votre corps.
  • Des carences nutritionnelles : notre alimentation riche en glucides transformés et pauvre en nutriments laisse souvent nos corps en déséquilibre nutritionnel. La peau, comme tous nos organes, a besoin de vitamines et de minéraux pour être en bon état et notamment le zinc, la vitamine A, D et C ainsi que du sélénium.
  • Notre flore intestinale : plusieurs études démontrent le lien entre une dysbiose de notre flore intestinale et le développement de l’acné.
  • Le stress est souvent un élément clé dans les maladies de la peau et également dans le développement de l’acné puisque le stress peut donner plusieurs problèmes de santé différents allant de carences en nutriments jusqu’à des troubles hormonaux. Apprendre à gérer son stress et l’évitez et/ou le diminuer est indispensable pour être en bonne santé et avoir une belle peau/cheveux/ongles.
  • Une bonne qualité de sommeil est également très important pour une bonne santé cutanée.

Comment éviter de développer de l’acné:

  • Mangez le moins transformé possible ! Préparez vos repas à partir d’aliments bruts, avec de préférence des produits locaux afin de varier au mieux ce que vous mangez. En plus d’éviter les aliments transformés, évitez les aliments pro inflammatoires et pauvres en nutriments tels que le sucre blanc, la farine blanche et le lait pasteurisé. Faites attention aux matières grasses que vous utilisez : favorisez l’huile de coco et les graisses animales pour cuisiner et les huiles d’olives, d’avocats et de noix sur vos salades et vos légumes.
  • Consommez des aliments fermentés tels que la choucroute, le kimchi, le kamboucha etc.
  • Faites du sport et transpirez ! Le sport aide à la régulation de nos hormones, à la gestion du taux de sucre dans le sang, nous fait du bien et nous rend plus heureux!
  • Evitez les toxines : certes on ne peut pas échapper à la pollution mais on peut faire de son mieux pour éviter les toxines chez et sur soi. Passez à un déodorant naturel, utilisez des produits d’entretiens écologiques, un shampoing naturel etc.
  • Faites une prise de sang pour identifier si vous avez une carence en vitamines ou en minéraux.
  • Consommez du poisson gras tels que le saumon et le maquereau, naturellement riches en vitamine A et D et des fruits de mer riche en zinc.

Bref, des conseils que tout bon adolescent acnéique suivra, j’en suis sûre, à la lettre:-)….

 

 

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30175843

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30101990

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12472346

Pin It on Pinterest