Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

J’adore la course à pied et le sport et je suis ouvertement accro à cette dépense physique, souvent quotidienne. En effet, le sport pour moi est devenu une façon de gérer le stress et d’éventuelles frustrations…surtout en cette période de confinement.

Mais comme avec la plupart des choses dans la vie, il y a un juste milieu en terme d’exercice physique car le surentrainement peut être aussi néfaste pour la santé que la sédentarité. Pour revenir au basique, on le sait sans doute mais l’activité physique représente un stress pour le corps et active le système nerveux sympathique, notre système de réaction au stress de notre corps. L’axe hypthalamo-hypophyso-surrénalien est ainsi stimulé et notamment les glandes surrénales. Ces petits glandes à peu près de la taille d’un raisin et qui sont localisées au-dessus de nos reins (d’où leurs nom), ont une puissance extraordinaire par la sécrétion de plusieurs hormones clé (dont notamment le cortisol et l’adrénaline) qui ont un impact sur de nombreux processus physiologiques dans notre corps (d’où les effets aussi divers et variés d’un surentrainement).

Quels sont les signes d’un surentrainement

  • Vous vous sentez tout le temps épuisé…

Il est normal d’être fatigué après un entrainement mais si cette fatigue devient chronique il est fort probable que vous vous entrainez trop fort et/ou trop souvent. L’inflammation est une réponse normale et saine de tout entrainement, raison pour laquelle le repos est aussi important. Mais le surentrainement sur stimule la production de cytokines inflammatoires : ces mêmes cytokines stimulent de nouveau l’axe HSS et peut donc altérer les niveaux des hormones surrénaliens.

  • Vous tombez tout le temps malade…

Le surentrainement dérègle le cortisol qui modifie notre réponse immunitaire et est associé avec des infections des voies respiratoires supérieures (infection du nez et de la gorge) plus fréquentes et plus sévères par exemple.

  • Vous n’améliorez plus vos performances ou vous vous blessez souvent…

Le manque de repos met un stress supplémentaire sur le corps et le tissu musculaire peut être endommagé. C’est pourquoi le repos et une alimentation riche en antioxydants et protéines est préconisé.

  • Vous avez des difficultés à vous endormir et à rester endormi…

Avec un cortisol déréglé notre rythme circadien est impacté. Le parfait exemple es est les problèmes d’insomnie dont peuvent souffrir les marathoniens après un marathon.

  • Vos cheveux, vos ongles et votre peau manquent d’éclat

L’activation chronique de l’axe HSS active la diminution de la production d’hormone thyroïdienne, de la même façon que le stress (car il s’agit d’un stress:)

  •  Vous avez des symptômes digestifs…

Comme expliqué dans mon post sur la course à pied, l’entrainement d’endurance peut donner une hypoxie relative de l’intestin ou autrement dit une diminution de la vascularisation de l’intestin au profit des muscles du coeur et des poumons et ainsi favoriser une hyperperméabilité intestinale.

Pourquoi est-ce que cela est aussi important en ce moment ? Et bien car nous avons déjà un stress par le confinement, le télétravail et la garde de nos enfants à la maison : nous sommes rendus donc plus vulnérables. Il est donc plus que jamais très important de bien se reposer, de trouver des moments dans la journée ou vous faites quelque chose pour vous (à part l’entrainement).

 

Réferences :

Cadegiani, F. A., & Kater, C. E. (2017). Hypothalamic-Pituitary-Adrenal (HPA) Axis Functioning in Overtraining Syndrome: Findings from Endocrine and Metabolic Responses on Overtraining Syndrome (EROS)-EROS-HPA Axis. Sports medicine – open, 3(1), 45. https://doi.org/10.1186/s40798-017-0113-0

« Overtaining Syndrome in the Athlete: current clinical practice » David Carfagno, Joshua Hendrix

The Paleo Approach by Sarah Ballantyne, PhD.

Pin It on Pinterest