L’infertilité est un problème de plus en plus courant de nos jours et le recours à la PMA (Procréation Médicalement Assistée) est devenu banal. En tant qu’ancienne banquière de la city de Londres, la plupart de mes amies et connaissances de cette époque ont fait appel à la PMA. Certes on décide de faire des enfants de plus en plus tard dans la vie mais cela n’explique pas tout !

La vérité est que le mode de vie et l’alimentation d’aujourd’hui vident nos corps de vitamines, minéraux, acides aminés et acides gras essentiels pour pouvoir procréer. J’ai moi même eu des problèmes de fertilité, comme indiqué dans ma biographie , et j’ai fait appel à la PMA pour avoir mon premier enfant. CLOMIDE, GONAL F etc, je connais juste trop bien les hormones synthétiques pour stimuler les ovaires, les échos pelviennes mensuelles, voire hebdomadaires, pour suivre l’évolutions des follicules. Les échecs, le désespoir, la déception, les maux de tête, les sautes d’humeurs….et les médecins qui disent qu’il ne faut pas trop y penser !? Comment ne pas y penser lorsqu’on suit un protocole aussi serré et contrôlé ?

J’ai consulté parmi les meilleurs obstétriciens de Paris et aucun, AUCUN d’entre eux ne m’a dit qu’il fallait peut-être revoir ma façon de manger, ma façon de faire du sport ou mon niveau de stress. Cet article est pour toutes les femmes qui n’arrivent pas à tomber enceinte et qui font appel à la PMA : sachez qu’il y a une autre façon que les hormones synthétiques, une façon qui vous donne la pêche plutôt que les maux de tête ou un risque d’AVC, une façon plus durable et plus saine…la preuve, j’attends mon troisième bébé et cela sans avoir fait appel à la PMA!

Tout d’abord, de quoi sont faites nos hormones sexuelles (essentiellement l’œstrogène et la progestérone) ? Et bien de cholestérol et d’acides aminés. Sans le cholestérol nous sommes incapables de bien produire ces hormones. Oubliez donc toute de suite votre yaourt light aux fruits hyper sucré, votre lait écrémé et la margarine. On nous a tous fait croire que le cholestérol est très mauvais mais en réalité il nous est essentiel au bon fonctionnement de notre corps (nos cellules sont constituées entre autre de cholestérol ainsi que notre cerveau et on en trouve également en abondance dans le lait maternel).

Voici donc mes meilleurs conseils pour équilibrer vos hormones et booster votre fertilité :

Optimisez votre état de micronutriments.

Les micronutriments sont constitués par les vitamines, minéraux, oligo-éléments, acides gras essentiels, acides aminés et flavonoïdes. Ceux-ci sont essentiels pour notre corps et notamment pour la production des enzymes et des hormones. Comment augmenter la prise de micronutriments? Comme toujours visez une alimentation anti inflammatoire de type Paléo riche en nutriments et pauvre en « calories vides » telles que les sucres rapides, la farine blanche etc. Si vous pensez que vous avez une carence en vitamine ou en minéraux, faites une prise de sang ou une analyse minérale de cheveux.

Booster vos taux de vitamine D

La vitamine D fait évidemment partie des micro nutriments mais cette vitamine est tellement importante qu’elle mérite une mention spéciale ! Des études ont montré que 93% de femmes qui sont infertiles ont une carence en vitamine D. Cette vitamine joue un rôle crucial dans de nombreuses fonctions de notre corps et notamment notre système de reproduction, la régulation de notre système immunitaire, la sécrétion d’insuline ainsi que l’absorption de calcium et de phosphore. Cette vitamine fait partie des vitamines liposolubles (les autres sont A, E et K) qui se lient aux lipides ingérés et sont absorbées en même temps que les produits de la digestion des lipides. Contrairement aux vitamines hydrosolubles elles sont stockées dans les graisses et ne sont pas excrétés dans les urines. En conséquence il est préférable d’obtenir cette vitamine par la nourriture (poissons gras, huile de foie de morue, beurre, jaune d’œufs et foie par exemple) ou par le soleil et non pas par des suppléments alimentaires (je parle là de ma propre expérience car j’ai tellement pris de compléments que j’ai fini par avoir un surdosage en vitamine D3).

Travaillez sur vos niveaux de stress

C’est un des points les plus difficiles car le stress n’est pas seulement une deadline serrée au travail mais également au quotidien : les enfants, une relation compliquée, des problèmes familiaux, un travail mal valorisé, les embouteillages, etc…Or le stress joue un rôle très important dans l’équilibre hormonal. Pourquoi ? Car l’hormone-clé qui est secrétée quand nous sommes soumis à un stress, le cortisol, est liée à nos hormones sexuelles. Le cortisol (ainsi que d’autres hormones comme l’adrénaline) est sécrété par l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien en réponse à une situation stressante (un danger imminent) – le but principal du cortisol étant d’aider le corps à faire face à un danger en mobilisant de l’énergie pour survivre : il privilégie ainsi les actions de survie au détriment d’autres fonctions non essentielles à la survie dont entre autre la capacité reproductive – les effets à courts terme du cortisol sont donc très positives si le danger / stress est vraiment occasionnel et bref mais lorsqu’on est soumis à un stress chronique, la sécrétion de cortisol va diminuer voire complètement bloquer la production des hormones LH (hormone Lutéinisante) et FSH (hormone follicule stimulante) qui stimulent la production d’œstrogène et de progestérone.

Evitez les perturbateurs endocriniens

De quoi s’agit-il exactement ? Ce sont des substances chimiques et toxiques qui se trouvent dans les pots d’échappement, les pesticides, le maquillage, le plastique, etc… et qui ressemblent beaucoup à certaines hormones et notamment à l’œstrogène, si bien que le corps peut les confondre avec nos propres hormones. En le faisant ils peuvent ainsi bloquer notre propre production hormonale et perturbent tout le système hormonal. Qu’est-ce qu’il faut faire ? Il faut continuer à vivre mais en changeant des petits choses on arrive très loin, pour plus d’information regardez mon poste sur les toxines.

Références :

Reprod Biomed Online 2017 Aug 30 « Effect of micronutrient supplementation on IVF outcomes: a systematic review of the literature. Arhin SK, Zhao Y, Lu X, Chetry M, Lu J.

« Nutrition and Physical Degeneration » Weston A Price 8th edition

 

 

 

Pin It on Pinterest