Les autres hormones

Nos corps sont constitués et gérés par des hormones

Nos corps sont constitués et gérés par des hormones, que ce soit l’insuline, la grehline, la leptine, les œstrogènes, la testostérone etc. Il y a un flux continu d’hormones dans notre corps à tout moment de la journée, et les différents organes de notre système endocrine travaillent ensemble afin d’effectuer des fonctions multiples. Ce flux hormonal contrôle des fonctions aussi variées que votre rythme cardiaque, votre digestion (et comment votre organisme assimile les nutriments du repas que vous venez de manger), votre humeur actuelle, votre état de concentration cet après-midi, et même l’état de votre peau et de vos cheveux. Dans notre monde toxique et stressant, des déséquilibres hormonaux tels que l’endométriose, syndrome des ovaires poly kystiques (PCOS), fibromes ovariens/utérins, aménorrhée ou juste simplement le syndrome prémenstruel sont de plus en plus courants à un tel point que ils sont considéré comme normaux. A tel point que ces manifestations sont presque considérées comme normale alors que les problèmes hormonaux sont tout sauf normaux : c’est votre corps qui vous indique que quelque chose n’est pas bien. Le corps humain cherche tout le temps à être en homéostasie ou dit autrement, à être en état d’équilibre. L’augmentation d’une hormone résulte à la baisse d’une autre par le mécanisme de « negative feedback » : cela explique pourquoi un déséquilibre hormonal souvent donne lieu à un autre. Les hormones, et surtout les hormones féminines, sont très sensibles à notre nourriture, le stress et aux toxines.

Presque tous les organes clé de notre corps sont responsables de la production et la maintenance de notre équilibre hormonal :

  • Le pancréas et le foie régulent le taux de sucre dans le sang
  • L’hypothalamus et les glandes surrénales et pituitaires répondent à nos niveaux de stress
  • La thyroïde et les para thyroïdes sont responsables de notre métabolisme énergétique
  • Le foie, l’intestin grêle, le système lymphatique et la peau sont responsable de l’élimination des hormones et des toxines,
  • L’axe hypothalamique, pituitaire et ovarien est responsable de nos capacités reproductives.

Quand un ou plusieurs de ces organes ne fonctionnent pas de façon optimale, on risque d’avoir des déséquilibres hormonaux. La clé pour rééquilibrer nos hormones est donc d’optimiser le fonctionnement de ces organes.

Premièrement (et surtout pour les femmes), les actions principales sont de réguler nos taux de sucre dans le sang et de diminuer notre exposition aux toxines. Cela est fait par le mode de vie paléolithique.

Quelques autre hormones clé :

Glucagon :

c’est l’antagoniste de l’insuline et ensemble ils règlent le taux de sucre dans notre sang. Comme l’insuline il est produit dans le pancréas et son rôle est de faire monter le taux de sucre dans le sang. Cela est fait par la libération du glycogène (et donc du sucre) dans le foie mais le glucagon peut également transformer les acides aminés en sucre. Le glucagon stimule également la perte de graisse en libérant de la graisse de nos cellules afin de la transformer en énergie.

Adrénaline :

elle est produite par les glandes surrénales. C’est l’hormone qui est secrétée en cas de stress aigu (un entrainement physique dur, une présentation devant son nouveau boss ou simplement un état de nervosité). L’adrénaline nous rend plus alerte et éveillé en augmentant la tension artérielle, dilate nos pupilles, augmente notre  taux de sucre afin d’être prêt pour un évènement stressant.

Cortisol :

c’est une hormone sécrétée par la glande corticosurrénale à partir du cholestérol. Le cortisol est une autre hormone clé dans le corps car c’est lui qui gère notre rythme circadien : le cortisol augmente le matin et pendant la journée pour baisser en fin de journée ce qui nous rend fatigué. Le cortisol (ou glucocorticoïde) est sécreté en cas de stress et prepare le corps pour situation de stress en montant le taux de sucre en décompasant le glycogène du foie et de la masse musculaire ; réduit notre sensibilité à l’insuline et en conséquence augmente le stockage de la graisse, surtout autour de nos organes et de l’estomac. Mais le cortisol n’est pas seulement négatif, il est nécessaire pour la cicatrisation des blessures et les défenses naturelles contre une infection. L’effet du cortisol pour un stress urgent est très anti inflammatoire et mobilise et renforce notre système immunitaire. Le cortisol est donc une hormone dont il faut avoir un bon équilibre.

Hormone de croissance (GH):

L’hormone de croissance, secrété par l’hypophyse est un hormone clé de la jouvence. Des études indiquent que la baisse de cette hormone est associée à une diminution de la masse et de la force musculaire, à une augmentation de la masse graisseuse, une diminution de la masse osseuse et une dégradation de notre sommeil.

IGF-1 (Insuline Growth Hormone) :

est également une hormone de croissance très liée avec l’hormone de croissance GH. IGF-1 est créé dans le foie, dans les muscles mais aussi stimulée par des taux élevés d’insuline. Elle fonctionne comme l’hormone de croissance mais son action est plus locale, dans les cellules. Un taux élevé d’IGF-1 est lié entre autre au développement de certains cancers, au vieillissement prématuré, etc.

L’œstradiol :

est la principale hormone active des trois œstrogènes naturels chez la femme. Cette hormone sexuelle est principalement sécrété par les ovaires mais également par les cellules graisseuses et les glandes surrénales, et son taux augmente sensiblement lors de l’ovulation, puis diminue dans la seconde phase du cycle menstruel. L’estradiol remplit de nombreuses fonctions hormonales : développement du sein et des organes génitaux, amélioration de la densité osseuse ou encore développement de la masse graisseuse durant la puberté.

L’œstradiol est l’hormone sexuelle principale des femmes mais les hommes produisent également de l’œstradiol mais dans des quantités beaucoup moins importantes. Chez l’homme, l’estrogène est produit par les glandes surrénales et les testicules. Les hommes sont également sensibles aux xenoestrogènes comme des plastiques, pesticides mais également des aliments comme le soja ce qui peut leur donner une dominance en estrogène avec des symptômes comme une gynécomastie (croissance mammaire chez l’homme) et une prise du poids. L’estrogène a aussi un effet hormonal de croissance ce qui renforce la nécessité d’un juste équilibre. Enfin, pendant la grossesse c’est entre autre l’estrogène qui développe le fœtus mais un surdosage en estrogène augmente aussi le risque de plusieurs formes de cancers tels que le cancer du sein et les ovaires ainsi que le stockage graisseux. Pour les femmes, l’équilibre entre l’œstrogène et la progestérone est primordiale pour le bien être.

Testostérone :

la testostérone est produit avec du cortisol, essentiellement au niveau des testicules et dans une plus faible mesure par les glandes surrénales (et dans les ovaires de la femme). Testostérone est l’hormone clé chez l’homme et c’est ce qui lui donne les caractéristiques males mais il a aussi d’autres fonctions : la testostérone augmente la masse musculaire et renforce la masse osseuse, il augmente la capacité de bruler de la graisse, désire sexuelles et sens de bien-être. En vieillissant les niveaux de testostérone chez l’homme diminuent.

 

Pin It on Pinterest