L'insuline

...une hormone clé

Quand on pense aux hormones on imagine souvent les hormones sexuelles: testostérone, estrogène et progestérone. Peu de gens savent qu’un des hormones clé dans le corps humain est l’insuline. Pour quelle raison ? Tout simplement parce qu’elle dirige des fonctions clés dans notre corps:

Réduction du taux de sucre dans le sang

L’objectif principal de l’insuline est de réduire le taux de sucre dans le sang (glycémie). L’insuline stimule le transporteur de glucose GLUT-4 à ouvrir les portes dans les cellules afin de laisser entrer le glucose. Il y a néanmoins une limite maximum de glucose que les cellules peuvent contenir et toute concentration de glucose dépassant ce seuil va dans le foie pour être traité. Le foie transforme ce glucose en glycogène qui est ensuite stocké dans le foie et dans nos muscles et converti l’excès (non transformé en glycogène) en triglycérides. Par ailleurs, l’insuline est la seule et unique hormone qui réduit le taux de sucre alors qu’il y en a trois qui peuvent le faire monter (adrénaline, cortisone et glucagon) : on peut se demander si ce déséquilibre du nombre d’hormones régulant le taux de sucre et si notre corps, à l’époque de l’Homo Néanderthal, n’aurait pas été initialement conçu pour se battre plus contre l’hypoglycémie que l’hyperglycémie. Un taux de sucre trop élevé est aussi dangereux qu’un taux de sucre trop faible et comme avec tout, notre corps cherche toujours à maintenir un équilibre glycémique entre 4-6 mmol/litre.

Augmentation de stockage de graisse:

L’insuline stimule l’enzyme lipoprotéine lipase (LPL) qui a un effet de stockage de la graisse à la fois sous la peau et dans le foie. En même temps l’insuline inhibe l’enzyme lipase hormone sensible (LHS), qui est une enzyme qui libère la graisse de nos stocks graisseux vers le sang. Ces deux actions synergiques de l’insuline conduisent à une augmentation du stockage graisseux dans notre corps. De plus, l’insuline stimule la transformation de glucose en acides gras dans le foie (par une mécanisme appelé la lipogenèse).

Augmentation de la masse musculaire

L’insuline stimule le transport des acides aminés vers les cellules au même temps qu’il empêche la décomposition musculaire.

Réduction de la production de l’hormone de croissance

L’hormone de croissance, secrété par l’hypophyse est un hormone clé de la jouvence. Des études indiquent que la baisse de cette hormone est associée à une diminution de la masse et de la force musculaire, à une augmentation de la masse graisseuse, une diminution de la masse osseuse et une dégradation de notre sommeil.

Augmente la production de l’hormone IGF-1 (Insulin Growth Factor-1)

ce qui augmente la croissance cellulaire. Des taux d’insuline chroniquent élevés entraînent une surproduction d’IGF-1 augmentant ainsi le risque de croissances tumorales.

Augmentation de la production d’estrogène

l’insuline, par la stimulation du stockage graisseux donne à terme une augmentation de la production d’estrogène dans ces tissus (car les estrogènes sont produits dans les ovaires, par les glandes surrénales et dans les tissus graisseux).

Changement de la transformation de T4 à T3 (les hormones thyroïdiennes)

dans le foie: une petite quantité d’insuline est nécessaire pour la transformation de T4 à T4 mais des taux élevés d’insuline ont un effet négatif sur ce métabolisme.

Résistance à la leptine (l’hormone de satiété)

Des taux chroniquement élevés d’insuline peut contribuer à une baisse de la sensibilité à la leptine.

Des taux chroniquement élevés d’insuline active l’inflammation dans le corps

La régulation du taux de sucre dans le sang est ainsi un élément clé pour notre santé. Des taux de sucre et donc insuline chroniques augmentent les risques de nombreuses maladies comme les suivantes:

  • Le syndrome métabolique conduisant à des problèmes ischémiques (infarctus cardiaques, cérébraux,…)
  • Hypertension artérielle
  • Triglycérides élevés
  • Croissance anormale de la prostate
  • Diabète type 2
  • L’obésité
  • Certains cancers
  • La démence (la démence est dû à une résistance à l’insuline dans le cerveau responsable d’oxydation, de glycation et d’inflammation dans les tissus)
  • Syndrome des ovaires polykystique et d’autres déséquilibres hormonaux.

Quelle est la meilleur façon de contrôler notre taux de sucre et donc l’insuline ? Une alimentation riche en légumes, bons graisses, des protéines et des fruits et racines en modération: le Paléo.

Pin It on Pinterest