Comme je le dis souvent, Paléo est un mode de vie et pas un régime car le bien être se base sur plusieurs piliers (sommeil, nourriture, flore intestinale, réduction du stress, activité physique, etc…) et lorsqu’on commence à prendre conscience de ce que l’on mange et qu’on fait le maximum pour éviter toutes les conneries que les industriels mettent dans leurs produits (conservateurs, colorants, stabilisateurs, épaisseurs, etc…) on commence également à scrupuleusement disséquer ses produits d’hygiène et de beauté ou ses produits d’entretien pour la maison qui contiennent eux aussi des toxines et des perturbateurs endocriniens. Je dirais même qu’on passe peut-être comme moi-même par une phase où je me suis arrêté de laver mes cheveux et où je ne touchais plus aucun produit qui se vendait en grande surface. Aujourd’hui je suis sortie de cette phase un peu « hystérique » mais je pense qu’il fallait passer par là et je continue à faire très attention à ce que je mets sur ma peau, mes cheveux et les produits d’entretien que j’utilise mais j’ai trouvé un juste milieu. Voici mes meilleurs conseils pour réduire votre exposition aux toxines du quotidien sans devenir fanatique :

Arrêtez votre déodorant / anti transpirant :

Pourquoi ? Et bien il y a plusieurs bonnes raisons, d’abord la peau en-dessous de nos bras contient, comme le reste de notre peau, des bactéries qui forme une « flore » sous les bras. Les déodorants conventionnels dérangent cette flore et créent ainsi un déséquilibre. Deuxièmement, la plupart des déodorants contiennent des sels d’aluminium qui non seulement perturbent notre flore bactérienne locale mais en plus s’accumulent dans notre tissu mammaire et PEUT éventuellement augmenter le risque de développer un cancer (il vaut mieux appliquer le principe de précaution ou play safe comme on le dit on anglais). Troisièmement les antitranspirants bloquent la production de sueur de nos aisselles. La transpiration n’est pas quelque chose de mauvais en soi mais aide plutôt notre corps à éliminer ses toxines et régule ainsi notre système immunitaire. Un blocage de la transpiration peut créé une surcharge d’agents toxiques. Qu’est-ce que je conseille ? De sentir la sueur toute la journée ? Non pas du tout mais simplement de changer pour des alternatives plus naturelles. Croyez-moi j’ai essayé la plupart des déodorants naturels et à mon avis ce qui marche le mieux c’est d’appliquer du bicarbonate de soude, du citron vert ou utiliser la pierre d’alun.

Changez votre dentifrice :

Une fois qu’on a éliminé le sucre de notre alimentation on se rend compte à quel point le dentifrice habituel est sucré ! Et en lisant les compositions, on voit qu’ils contiennent pour la plupart de l’aspartame. Si j’ai arrêté de boire du coca light pour ma santé, je ne veux pas l’avaler en brossant mes dents. En plus de l’aspartame, la plupart de dentifrices contiennent également du fluor qui n’est pas indispensable pour nos dents et peut également être nocif pour la santé. La bouche, comme l’intestin ou la peau, possède une flore bactérienne en fragile équilibre et des produits trop chimiques risquent d’y nuire. Moi j’utilise un dentifrice naturel, sans sucre, conservateur ni fluor et de temps en temps du bicarbonate de soude alimentaire.

Passez à la coloration naturelle :

Aujourd’hui 2/3 des femmes utilisent des colorations pour cheveux de façon régulière. Les substances chimiques présentes dans les produits de colorations notamment les colorants azoïques ou les amines aromatiques sont cancérigènes pour les animaux et peuvent pénétrer la peau. Le problème le plus courant avec les teintures capillaires reste principalement que cela cause une irritation locale au niveau du scalp telle qu’une dermatite de contact.

Changez vos ustensiles de cuisine

Quand on fait attention à sa nourriture et son provenance on ne veut surtout pas ajouter de toxines par l’utilisation de casseroles et de poêles en aluminium ou en téflon. Petit à petit j’ai changé tout mon matériel de cuisine : céramique, poêle en fonte naturelle et casseroles en inox/acier inoxydable d’origine recyclée.

Changez vos produits d’entretien de la maison :

Une grand partie des produits que nous utilisons pour nettoyer la maison au quotidien contient des substances chimiques potentiellement nocifs pour notre santé, c’est le cas des phtalates, de la chlorine, de l’ammonia, du nitrobenzène etc…En plus du risque de toxicité en cas d’ingestion, ces substances chimiques peuvent créer des irritations aux niveaux des voies respiratoires, des yeux et la peau. Nous voulons tous une maison propre mais on peut très bien l’obtenir avec des produits moins nocifs voire naturels. Quand j’ai débarqué sur mon voyage Paléo j’ai changé petit à petit mes produits. Aujourd’hui mes produits d’entretien de maison sont notamment le bicarbonate de sodium (non alimentaire), le vinaigre blanc, le citron et le savon noir.

Les produits de toilette et les soins de beauté

La peau est notre plus grand organe et malgré le fait que la peau est une barrière entre l’extérieur et l’intérieur de notre corps, elle absorbe quand même une grande partie de ce qu’on lui met dessus. Plusieurs produits de beauté, des shampooings et des savons contiennent des substances toxiques et allergènes. Personnellement je n’utilise plus de crème pour le visage, je me lave avec un savon de Marseille et j’utilise les produits de Morrocco Method sur mes cheveux. Pour le maquillage c’est plus compliqué et on passe forcément par un stade où on ne se maquille plus. Aujourd’hui je me maquille de temps en temps mais jamais beaucoup et toujours avec des produits naturels. L’environmental working group qui fait le dirty/clean dozen a également une base de données que l’on peut consulter et qui indique le niveau de toxicité des produits.

La liste peut être encore plus longue (comme toujours) car les toxines sont partout (notre eau, les meubles, nos vêtements etc) mais ca sera pour un prochain post. J’aime beaucoup le site Réseau Environnement Santé pour se tenir informé.

Références:

J Clin Aesthet Dermatol, 2013 Jan; 6(1): 39-46. « Is There a True Concern Regarding the Use of Hair Dye and Malignancy Development? » A Review of the Epidemilogical Evidence Relating Personal Hair Dye Use to the Risk of Malignancy. Peter Saitta, DO, Christopher E. Cook, DO, Jane L. Messina, MD, Ronald Brancaccion, MD, Benedict C. Wu, MBS, Steven K. Grekin, DO, FAOCD, and Jean Holland, MD

Pin It on Pinterest