Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

Parfois appelé l’épidémie du 21 siècle le diabète est aujourd’hui considéré comme une menace préoccupante pour la santé mondiale. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, on estimait à 356 millions le nombre de personnes souffrant du diabète dans le monde en 2011 et on estime que ce chiffre aura grimpé jusqu’à 438 millions d’ici 2030, soit 7% de la population mondiale.

Les caractéristiques clés du diabète sont la dégradation de la sécrétion d’insuline (produites par les cellules β du pancréas) ainsi qu’une résistance à l’insuline. Celle-ci est caractérisée par la dégradation de l’action d’insuline : captage de glucose par les muscles, production de glucose par le foie et perturbation du métabolisme lipidique. Avec le temps, la résistance à l’insuline peut affecter et/ou toucher le fonctionnement de plusieurs organes tels que le pancréas, les reins, les vaisseaux sanguins, les nerfs périphériques, l’hypophyse, les organes sexuels, les os, plusieurs formes de cancer sont aussi favorisées par une dysfonction du système immunitaire lé au diabète et enfin un déséquilibre sévère du taux de sucre dans le sang peut entraîner un coma, voire la mort.

Les symptômes d’un diabète sont nombreux mais parmi les plus connus on retrouve 4 symptômes cardinaux :

– une polyphagie (manger beaucoup)

– un amaigrissement inexpliqué

– une polyurie (uriner beaucoup)

– une polydipsie (boire beaucoup)

On retrouve aussi d’autres signes comme : une cicatrisation retardée des blessures, une dérégulation du métabolisme des lipides, etc…

En Suédois on appelle le diabète la maladie du sucre et avant la découverte de l’insuline par Frederick Grant Banting en 1921, le remède au diabète était tout simplement d’arrêter de consommer du sucre. Cela n’est évidemment pas suffisamment dans le cas d’un diabète de type 1 (qui a pour origine une sécrétion insuffisante d’insuline par le pancréas) et l’arrivée de l’insuline a surement sauvé beaucoup de vies. Mais l’arrivée de l’insuline a également a donné la possibilité aux diabétiques (et notamment de type 2) de continuer à consommer plus de sucre qu’ils devraient tout en s’injectant de l’insuline.

Heureusement il y a beaucoup de choses qu’on peut faire soit même pour améliorer et éviter le diabète. Tout le monde s’accorde à penser que l’alimentation et le mode de vie jouent un rôle absolument crucial dans le développement et la gestion d’un diabète de type 2. L’alimentation type Paléo est idéale pour réguler le taux de sucre puisqu’elle favorise la consommation des glucides « lents » comme la patate douce, betteraves, carottes et d’autres racines et exclue le sucre raffiné. Dans cet article sont listés les fruits et légumes (tous paléo bien évidemment:-) les plus puissants pour contrôler le taux de sucre dans le sang et prévenir ainsi les complications à long terme du diabète de type 2. La consommation de ces fruits et légumes aux pouvoirs extraordinaires ne coûte pas cher, ils sont difficiles à surdoser et ne donnent surtout aucun effet secondaire.

L’avocat 

Ce légume, qui est en réalité un fruit d’origine Américaine, a plusieurs propriétés pharmacologiques. Une étude démontre l’amélioration de la fonction hépatique ainsi que l’effet protecteur de l’avocat sur la destruction des cellules du foie. D’autres études montrent une cicatrisation des blessures plus rapide mais surtout un rééquilibrage significatif des niveaux d’insuline plasmatique, de l’hémoglobine glycosylée (indicateur sanguin du niveau moyen de sucre sur les 3 derniers mois), ainsi que de l’activité et de la masse totale des enzymes métaboliques

Encore plus intéressant, une étude randomisée sur 12 femmes atteintes de diabète de type 2 a démontré que le remplacement partiel des glucides complexes par les acides gras mono-saturés apportés par l’avocat a permis d’améliorer leur profil lipidique avec un contrôle glycémique maintenu.

Thé noir 

Une étude a démontré les effets positifs chez le rat diabétique de l’extrait du thé noir. En effet ce dernier fait fortement baisser les taux de glycémie en même temps qu’il possède  des effets curatifs et préventifs chez des rats diabétiques.  Cette étude vient confirmer d’autres données qui montrent que la consommation de thé noir est associée à une diminution du risque de diabète.

Les Myrtilles 

Autre que d’être délicieux myrtilles contiennent de l’anthocyane,  le pigment naturel qui donne aux myrtilles sa couleur naturelle et qui est très utile dans la prévention de diabète. Il a été suggéré que l’anthocyane peut jouer un rôle principal dans l’amélioration des symptômes de l’hyperglycémie. Dans une étude randomisée en double aveugle et contrôlée par un placebo, 32 participants diabétiques et obèses ont reçus de poudre de myrtilles séchées. Ce qui a provoqué une amélioration et une augmentation de la sensibilité à l’insuline et une diminution de la concentration de glucose dans le sang.

De plus, une autre substance présente dans une variété de myrtilles, l’extrait éthanoïque, semblerait avoir des effets similaires « insuline-like » en agissant au niveau des cellules β-pancréatiques.

La cannelle 

La cannelle est très connue pour ses vertus pharmaceutiques dans le traitement du diabète et est depuis longuement utilisée dans la médecine alternative. La cannelle a un rôle probable dans la prévention de la résistance à l’insuline et augmente le glycogène dans le foie par la régulation du signal de l’insuline et la synthétisation de glycogène.

Il a été également montré que la substance hydrosoluble polymérique polyphénol de la cannelle a des effets renforçant de l’insuline. Or la résistance à l’insuline est présente chez 50-70% des femmes souffrant du syndrome des ovaires poly kystiques et peut aller jusqu’à 95% chez les femmes obèses. Une étude montre que cette substance polymérique peut être très bénéfique pour les femmes présentant une résistance à l’insuline.

Le Café 

Le café est l’une des boissons les plus consommées partout dans le monde. Une revue systématique suggère qu’une grande consommation de café pourrait diminuer le risque d’un diabète de type 2 en améliorant les niveaux de GLP-1 (Glukagon Like Peptide, une hormone qui régule le métabolisme du glucose). En effet, le café augmente les niveaux de GLP-1 ce qui augmente la sensibilité à l’insuline par le biais d’un retardement de la vidange gastrique. Les diabétiques ont des niveaux de GLP-1 inférieurs à la normale et les acides chlorogéniques présents dans le café peuvent aider à le résoudre.

L’ail 

L’ail a plusieurs vertus thérapeutiques dont entre autre ses effets positifs sur le diabète ainsi que la prévention et le développement d’athérosclérose et d’insuffisance rénale chez les personnes déjà atteintes de diabète. L’activité hypoglycémiante de l’ail est potentiellement due à l’augmentation de la sécrétion d’insuline par les cellules β du pancréas. En effet, la molécule S-allyl cystéine sulfoxide, isolé de l’ail, a démontré de façon significative une stimulation de la sécrétion d’insuline chez les rats sains.

Les mécanismes qui jouent un rôle principal dans cette action hypoglycémiante sont entre autre :

– la régulation positive de l’insuline

– l’expression de gènes dont GLUT-4 (une protéine qui intervient dans le transport du glucose)

– l’inhibition des activités de l’α-glucosidase.

Le gingembre :

Le gingembre est connue pour ces nombreux vertus pharmacologiques dont entre autre ses vertus anti inflammatoire et protectrices contre les complications liées au diabète sur le foie, les reins, les yeux et le système nerveux. Nombreuses études in vitro indiquent que l’extrait acétate d’éthyle du gingembre inhibe les enzymes α-glucosidase et α-amylase, diminuant ainsi l’absorption digestive des glucides et donc la nécessité de sécréter de l’insuline.

Les effets anti diabète du gingembre passent par un mécanisme pancréatique. Une étude clinique a démontré que la consommation quotidienne de 3 g de gingembre pendant 30 jours baisse de manière significative le glucose sanguin, le cholestérol total, les triglycérides, le cholestérol LDL et VLDL chez les patients atteints d’un diabète de type 2.  Le gingembre a également montré des propriétés d’arrêt de la protéinurie (protéine dans les urines) en atténuant la néphropathie (insuffisance rénale) résultant du diabète de type 2.

Une autre étude a montré que le gingembre aide à la différenciation des adipocytes, des préadipocytes et améliore la sensibilité à l’insuline chez les souris. Il s’avère également que le gingembre peut avoir des effets positifs sur l’impuissance sexuelle.

Raisins 

Les raisins contiennent de nombreux polyphénols tels que, le resvératrol, la quercétine, les catéchines et les anthocyanines qui ont montré des propriétés de diminution de l’hyperglycémie, d’amélioration du fonctionnement et de protection des cellules β du pancréas. Notamment le resvératrol qui se trouve dans la peau et les pépins de raisins.  Comme toujours le fruit entier donne de meilleurs résultats que le jus seulement !

Thé vert

Le thé vert possède des vertus anti diabétiques et anti oxydantes qui le rend utile dans le traitement du diabète mais également dans la prévention des complications du diabète. Plusieurs études témoignent de ses effets anti oxidants et anti hyper glycémiques.  D’autres études confirme que le thé vert améliore la sensibilité à l’insuline.

De nombreuses études suggèrent que la consommation de thé vert ou plus particulièrement la substance catéchine est efficace dans la réduction du taux de glucose dans le sang chez l’être humain et les animaux en atténuant les lésions rénales chez les diabétiques.

L’huile d’olive 

L’huile d’Olive est un aliment fonctionnel, qui non seulement à un contenu élevé en acides gras mono saturés mais en plus contient des composants mineurs avec des propriétés biologiques : un de ces composants est l’acide oléique et il a été prouvé que cet acide améliore la production d’insuline in vitro et in vivo. En conséquence une alimentation riche en acide oléique, par la consommation de l’huile d’olive peut être très bénéfique pour les diabètes.

Il est également suggéré que la consommation d’huile d’olive serait associée à un plus faible risque de développer un diabète de type de 2 chez les femmes.

Ajouter de l’huile d’olive à son régime alimentaire quotidien est donc extrêmement bénéfique grâce à ces composants biologiques actifs.

L’oignon 

L’oignon, comme l’ail, est très riche en sulfure et de nombreuses études ont montré les propriétés anti diabétiques de l’oignon. La consommation de l’oignon peut baisser les taux sérique de glucose, de lipides et du cholestérol chez les animaux. Dans une autre étude, la consommation de jus d’oignon peut diminuer l’insuffisance rénale et empêcher les lésions tissulaires au niveau du foie chez les rats diabétiques.

Potiron 

Le potiron a récemment gagné en popularité mondiale grâce aux vertus bénéfiques pour la santé de ses graines et il est aujourd’hui utilisé fréquemment en tant que « super-aliment » ou en tant que médicament. De nombreuses études ont montré les propriétés hypoglycémiantes de ces graines.

Safran 

Le safran, qui est le stigmate séché de la fleur de Crocus Sativus, est depuis longtemps une épice importante dans la médecine alternative. Un extrait hydrosoluble du safran a considérablement diminué le taux de glucose dans le sang, augmenté le taux sérique d’insuline ainsi et a également permis une amélioration des fonctionnements du foie et des reins chez des rats diabétiques.

L’échalote 

L’échalote est riche en flavonoïdes, notamment en quercétine. Il a été établi que la quercétine réduit de façon significative dans le plasma sanguin les concentrations de glucose, cholestérol, et triglycérides et permet une augmentation de l’activité gluokinase hépatique chez les rats diabétiques.

L’épinard 

L’épinard est un autre légume aux propriétés hypoglycémiantes. L’administration orale d’épinard diminue la glycémie à jeun et augmente le glycogène hépatique. Les propriétés hypoglycémiantes de l’épinard peuvent être dûes à : une action mimant l’insuline (Insuline Like), une stimulation de l’absorption de glucose par les tissues périphériques, une inhibition de la production endogène ou de la gluconéogenèse dans le foie et les muscles.

La graine de soja 

Même si je ne peux pas consommer de soja moi même (pour ces effets sur l’œstrogène), je dois avouer que c’est un aliment qui apparait souvent dans des études pour ces bienfaits sur la santé. Il a par exemple été suggéré que le remplacement des protéines animales par des protéines de soja chez les patients atteints de diabète peut diminuer l’hyperfiltration (début d’insuffisance rénale) et l’hypertension glomérulaires. Il a également été constaté que la consommation de la protéine de soja diminue les concentrations de cholestérol sérique ainsi que le triacylglycerol. De plus, la protéine de soja peut diminuer la résistance à l’insuline quand l’alimentation contient peu d’acides gras polyinsaturés. Ces effets anti diabètes viennent possiblement du fait que le soja diminue entre autre l’activité des enzymes glucosides. Une autre étude montre également que la consommation de soja diminue le risque de diabète de type 2 chez les femmes obèses. Les graines de soja trempées et germées ont une activité anti diabétiques et agissent en tant que régulateur du glucose sanguin.

La patate douce 

Ma racine favorite !! Il a été montré que des protéines isolées de patate douce ont des propriétés anti diabétiques. Par exemple, l’extrait de protéine de la patate douce blanche a diminué la glycémie à jeun et a augmenté la sensibilité à l’insuline chez des patients atteints de diabète de type 2.

 Curcuma 

Cette épices aux plusieurs vertus pharmacologiques nombreux peut également être efficace utilisé dans la prévention et l’amélioration d’un diabète de type 2. L’action anti diabétique du curcuma est probablement due à une action de régulation de la résistance à l’insuline, du fonctionnement des cellules bêta du pancréas ainsi que de l’absorption intestinale.

Une étude démontre qu’un extrait aqueux de curcuma diminue fortement le glucose sanguin et augmente la production d’insuline chez des rats qui ont été injecté avec de la streptozotocine (une substance chimique naturelle qui se trouve dans certaines cellules pancréatiques et qui sont chargées de la production d’insuline – cette substance peut à la fois aggraver et améliorer un diabète et est souvent utilisée dans des essais cliniques).  Le curcuma a également renforcé les taux de sérum d’insuline post prandial (après un repas) afin de maintenir la glycémie plasmatique chez des individus en bonne santé.

L’efficacité d’un extrait éthanoïque de curcuma a été également testée dans un essai clinique randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo mené pendant 9 mois sur 240 patients. Les résultats de l’essai montrent une amélioration globale du fonctionnement des cellules béta du pancréas.

Pastèque

La pastèque est riche en L-citrulline un précurseur de L-arginine (un acide aminé). Cette dernière limite les effets métaboliques des taux de glucose élevés chez les souris diabètiques et protège également les cellules β contre les effets diabétogènes d’alloxan (une substance qui induit le diabète).

Une étude montre également que l’administration de jus de pastèque pendant 30 jours aux rats diabétiques augmente la disponibilité de l’arginine, améliore la concentration sérique d’arginine et induit une action hypoglycémiante, hypolipidémique et diminue le stress oxydatif.

 Conclusion

Les herbes médicinales jouent un rôle primordial dans les soins de santé grâce à leurs efficacités, leurs effets secondaires mineurs, leurs large palette d’effet à des prix relativement peu élevés.

Il est néanmoins important de mentionner que les aliments ci-dessus peuvent avoir une interaction avec certains médicaments anti diabétiques (en modifiant certaines enzymes qui métabolisent ces médicaments par exemple) et peuvent ainsi diminuer ou augmenter les effets de ces médicaments, entraîner un échec thérapeutique ou augmenter la toxicité du médicament.

Références:

Review of antidiabetic fruits, vegetables, beverages, oils and spices commonly consumed in the diet. Journal of Ethnopharmacology 201 (2017) 26-41.  Maliheh Najari Beidokhti, Anna K Jäger.

https://www.frm.org/diabete/diabete.php

 

 

 

 

 

 

Pin It on Pinterest